De l'insouciance à la peur: le véritable traumatisme lié au confinement!

 

Le lundi 16 mars 2020, à 20h, la population française, dans une relative insouciance à l'idée que le Coronavirus pouvait faire des ravages, s'est vue imposer le confinement pour éviter que le virus ne se propage davantage.

 

 

 

Un traumatisme à part entière

 

Tout d'abord, comme le rappelle ce jour le Docteur Serge HEFEZ, Psychiatre, chef du service « thérapie familiale » à l'Hôpital Pitié Salpêtrière de Paris (AP-HP)1 : « on est en train de vivre ce qu'on appelle un traumatisme ».

 

Pour être précis, le traumatisme dont parle ce médecin consiste au confinement à domicile de toute la population française, sans exception. Pour reprendre ses expressions très parlantes, il évoque le « coup sur la tête qui fait effraction dans notre psychisme, comme un trou dans notre psychisme ». En effet, le confinement vient briser totalement nos habitudes et notre équilibre de vie. Concrètement, beaucoup de français ne peuvent plus se rendre sur leur lieu de travail, les parents doivent garder leurs enfants chez eux, et surtout, aucune sortie n'est autorisée sauf dérogation.

 

 

"On est en train de vivre ce qu'on appelle un traumatisme",

Serge Hefez, psychiatre

 

 

Une incidence logique sur notre humeur et notre moral

 

Ensuite, lorsque le psychisme est atteint, notre esprit va chercher à se défendre contre l'agression.. La peur et l'angoisse, entre autres, peuvent logiquement surgir. Si la peur est adaptée dans la mesure où elle nous permet de prendre des mesures pour faire face à celle-ci, l'angoisse l'est peut être moins, puisque le plus souvent, elle paralyse. Pour autant, ces réactions peuvent être qualifiées de « normales » dans un tel contexte. En tant qu'être humain, nous ressentons donc des émotions, qui peuvent influer sur notre humeur, la vie n'étant pas linéaire. En telle situation, il n'est pas étonnant, bien au contraire, que la plupart d'entre nous se sente moins bien que d'habitude, avec une baisse de moral notable.

 

 

 

Des conseils et recommandations pour mieux supporter le confinement :

 

Enfin, certains conseils et recommandations sont nécessaires pour permettre d'alléger la souffrance liée au confinement :

 

 

  • ne pas trop se saisir de l'actualité : cela à pour effet de majorer le stress et l'anxiété ;

  • se créer sa « bulle » : un espace et un moment pour soi et uniquement pour soi : lecture, musique, bain, relaxation..

  • dialoguer au maximum avec les autres, surtout si vous avez des enfants et des adolescents : si déjà vous vous rendrez compte que les autres ressentent très probablement la même chose que vous, ce qui vous rassurera, cela vous permettra de rompre aussi l'isolement ;

  • structurer ses journées, avec des tâches quotidiennes, des rituels, pour ne pas se sentir complètement perdu par ses repères temporaux.

 

 

Par contre, si vos peurs et/ vos angoisses prennent trop le dessus, au point de vous paralyser totalement, pendant plusieurs jours, n'hésitez surtout pas à consulter un thérapeute.

 

Si les consultations ne se font actuellement plus trop en présentiel, internet permet d'assurer des séances en ligne. Renseignez-vous !

 

 

 

 

                              Edouard de Nouel, Psychopraticien à Tours (37).

 

 

1Journal télévisé du 21 mars 2020 de TF1 à 13h